Warning: mysql_connect(): Can't connect to MySQL server on '10.0.204.6' (101) in /home/santeall/www/adm_fifpl/sources/connexion.php on line 8

Warning: mysql_select_db(): Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2) in /home/santeall/www/adm_fifpl/sources/connexion.php on line 9

Warning: mysql_select_db(): A link to the server could not be established in /home/santeall/www/adm_fifpl/sources/connexion.php on line 9
www.santeallaitementmaternel.com
  Accueil Partenaires Contact Plan Aide Lettre d'information Mentions légales Rechercher
Se formerS'informerEchanger
Connaître l'anatomieComprendre la lactationAider vos patientesAppréhender les enjeux
L'accompagnementLes difficultésCas particuliers et contres-indicationsLes complicationsLa reprise du travail
©Fondation MUSTELA pour SAM Médicaments et allaitement : points forts pour la pratique


Le problème de la prescription ou de la poursuite d’un traitement médicamenteux chez une femme qui allaite est fréquent

Dans cette situation, la tendance des professionnels de santé est souvent de suspendre l’allaitement le temps du traitement, par crainte d’un effet délétère du médicament sur la lactation ou d’un effet nocif pour l’enfant.
Il apparaît en réalité que de nombreux médicaments sont utilisables sans risque chez la femme allaitante, et, qu’à condition de se baser sur des données fiables et précises, il est dans la plupart des cas possible de prescrire les médicaments nécessaires en toute sécurité et en préservant l’allaitement.
Il y a cependant des exceptions à cette règle, et la prescription doit donc toujours être scrupuleusement réfléchie.

La suspension de l’allaitement n’est pas une mesure anodine
Elle donne à penser aux mères que le lait peut être dangereux pour le bébé, ce qui est la pire image que l’on puisse donner de l’allaitement.

Elle est source de déception et d’inquiétude pour la mère, ce qui la conduit souvent à interrompre définitivement l’allaitement.



Les médicaments qui interfèrent avec la sécrétion lactée sont peu nombreux

Il sont de deux types :
- ceux qui réduisent la production ou l'éjection du lait ;
- ceux qui augmentent la production de lait.

La bromocriptine (Parlodel®) inhibe la libération de la prolactine et donc la production de lait. Son passage dans le lait est mal connu, mais ses effets secondaires sont majeurs : nausées, maux de tête, vertiges, hypotension, ou chute des cheveux. Des cas graves de chocs hypotensifs et d'infarctus du myocarde à l’origine de décès ont également été rapportés. Aux USA, la commercialisation du produit dans l'indication “ Arrêt de l'allaitement ” a été interdite.

Les pilules contraceptives oestroprogestatives, même mini-dosées, empêchent la mise en place de la lactogénèse de type 2 et le maintien de la lactation. Elles sont donc déconseillées pendant toute la durée de l’allaitement.

Les antagonistes dopaminergiques (Primpéran®, Motilium®) augmentent la production de lait. En dépit de cet effet et même si leur toxicité pour l’enfant est faible, ils ne sont pas indiqués pour stimuler la lactation au cours de l’allaitement.



“ Pour la majorité des médicaments administrés oralement, l’enfant allaité recevra au maximum 1 % de la dose ingérée par sa mère. ” (Thomas Hale)

Contrairement à ce que l’on pense parfois, l’enfant allaité reçoit donc très peu de la dose de médicament prise par sa mère.

Si la dose reçue est généralement si faible, c’est parce qu’avant d’atteindre le lait puis le sang de l’enfant, le médicament suit un long cheminement au cours duquel il rencontre plusieurs “ barrières ”.

Les médicaments formellement contre-indiqués sont très rares
En dehors de quelques situations exceptionnelles, il est toujours possible de repérer dans une classe pharmacologique donnée un produit compatible avec l’allaitement.



Les principes généraux de la prescription médicamenteuse chez la femme qui allaite sont connus

Ce sont les suivants :
- Recommander aux mères d’éviter le recours à l’automédication.
- Ne traiter que lorsque c’est absolument nécessaire : éviter en particulier les médicaments “ de confort ”.
- Eviter au maximum les associations médicamenteuses.
- Utiliser chaque fois que possible les médicaments administrés par voie locale, cutanée ou inhalée (nasale ou bronchique) : le plus souvent, leurs taux sériques sont très faibles et leurs taux lactés indétectables.
- Examiner le risque encouru en tenant compte de la durée du traitement : une prise ponctuelle unique est inoffensive dans la plupart des cas ; pour un traitement au long cours, il convient en revanche de connaître le passage dans le lait et d’estimer la dose de principe actif reçue par l’enfant.
- Etre plus vigilant chez les mères d’enfants prématurés, au cours de la première semaine de vie et en cas d’état pathologique chez l’enfant.
- Préférer les médicaments commercialisés de longue date, disposant d’un recul d’utilisation important, aux produits “ de dernière génération ”, dont la diffusion dans le lait n’est pas encore documentée.
- Prescrire un médicament qui est aussi utilisé en pédiatrie : même s’il passe dans le lait, l’enfant recevra en général une dose bien inférieure à celle qui lui aurait été administrée s’il avait lui-même été traité.
- Ne pas se contenter d’un avis insuffisamment documenté : vérifier les caractéristiques pharmacologiques du médicament et les données cliniques concernant son innocuité.
- Dans une classe pharmacologique donnée, choisir le médicament ayant la biodisponibilité la plus faible, le poids moléculaire le plus élevé, la liaison aux protéines plasmatiques la plus forte, et la demi-vie la plus courte ; éviter les médicaments sous forme “ retard ” ou à libération prolongée.
- Conseiller de prendre le médicament juste après une tétée ou ajuster l’horaire des tétées de façon à ce que l’enfant tète à distance des “ pics ” sériques du médicament chez la mère.



Avant de prescrire un médicament à une femme qui allaite, il convient de disposer de données fiables et précises

Les sources d’information sont, par exemple, le référentiel de l’Académie Américaine de Pédiatrie , l’ouvrage Medications and Mothers’ Milk de Thomas Hale ou le Traité de l’Allaitement Maternel de la Leche League Internationale.

On peut aussi s’adresser aux centres de pharmacovigilance et de pharmacologie clinique rattachés aux facultés de médecine.
Leurs adresses figurent dans le dictionnaire Vidal® et sur Internet.


Auteurs : Dr Marie Thirion et Dr Carole Fredoueil
------------------------------------------------------------------------------------------





Warning: mysql_query() expects parameter 2 to be resource, boolean given in /home/santeall/www/include/_menu_droit.php on line 27

Warning: mysql_fetch_row() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/santeall/www/include/_menu_droit.php on line 33

Repères pour comprendre
Prescription en pratique
Où trouver l’information
   
 
[ Se former - S'informer - Echanger ]


Conditions d'utilisation du site   -   Mentions légales

©2003 tous droits réservés